Comment réduire le risque de complications?

 

 

A Hambourg, un jeune de 18 ans est décédé pendant une opération dentaire des suites d’une anesthésie générale. De nombreux patients ont peur de l’anesthésie. Cependant, il est très improbable qu’elle meure pendant une intervention chirurgicale. Vous devez donner ces détails avant l’anesthésie.

En Allemagne, le risque de mourir sous anesthésie est de 1:250 000.
De nombreux effets secondaires comme la nausée et l’enrouement sont inoffensifs et disparaissent après quelques jours.

Vous devez fournir les renseignements suivants sur les médicaments et les allergies avant une opération.

Chirurgie intestinale, nouvelle articulation du genou, correction nasale – quelle que soit la partie du corps concernée, de nombreux patients ressentent un malaise lorsqu’ils entendent le mot anesthésie.

Un Allemand sur quatre craint des complications. C’est le résultat d’une enquête représentative menée par GfK Marktforschung pour le compte de « Apotheken Umschau ». A l’idée de donner le contrôle de sa conscience entre les mains des autres, beaucoup se demandent :

Est-ce que je me réveille après l’opération ?

Vendredi dernier à Hambourg, un homme de 18 ans ne s’est pas réveillé d’une anesthésie générale. Le dentiste traitant a dit au « Hamburger Abendblatt » qu’il avait expressément exigé une anesthésie générale pour le traitement de canal pendant plusieurs heures avec plusieurs obturations. L’anesthésie n’était pas absolument nécessaire pour cette opération. On dit qu’une malformation cardiaque a été le facteur décisif. L’enquête se poursuit.

Les complications mettant la vie en danger surviennent rarement

En fait, il est très rare que des patients meurent des suites d’une anesthésie. La fréquence en Allemagne est de 1:250 000.

« Cependant, la probabilité n’est pas nulle. Une anesthésie est une intervention dans les fonctions vitales de l’organisme et élimine complètement la conscience humaine », rapporte Thea Koch, directrice de la clinique et polyclinique d’anesthésiologie et de thérapie intensive de l’hôpital universitaire de Dresde et présidente de l’association DGAI – elle-même anesthésiste depuis près de 30 ans.

Par conséquent, des complications mettant la vie en danger peuvent survenir dans de très rares cas.

Réduire les risques : la préparation d’une intervention chirurgicale permet d’éviter les mauvaises surprises.

Pour assurer le bon déroulement de l’intervention, l’anesthésiste doit clarifier quelques questions avec le patient avant l’intervention prévue. Il peut y avoir un risque accru d’anesthésie chez les personnes qui :

  • être allergique
  • souffrent d’intolérances
  • Dans le passé, les opérations avaient les maladies antérieures (p. ex. diabète, arythmie cardiaque)

 

Prenez des médicaments comme l’anticoagulant Marcumar. Vous devez avoir déterminé la valeur Quick, qui décrit la vitesse de coagulation du sang. Parce qu’au pire, ils pourraient saigner à mort

Ces facteurs mettent la vie en danger si vous les gardez secrets pour l’anesthésiste. Afin d’éviter les complications, il est donc important que vous ne lui cachiez rien. Parce qu’il a une influence décisive sur votre réveil après l’opération.

Attention aux médicaments en vente libre

Ce à quoi beaucoup de gens ne pensent pas : Même les médicaments en vente libre peuvent être dangereux. C’est pourquoi Koch recommande de ne pas prendre d’analgésiques contenant de l’acide acétylsalicylique, comme l’aspirine, trois jours avant l’opération pour des maux de tête aigus, car ils peuvent endommager définitivement les plaquettes sanguines.

Quiconque prend l’anticoagulant ne doit pas cesser de le prendre, conseille l’anesthésiste, mais il est fortement conseillé de le faire. Il en va de même pour certains remèdes à base de plantes médicinales comme les préparations de gingko, qui, en combinaison avec d’autres ingrédients actifs, peuvent également inhiber la coagulation du sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *