La valeur de la tendresse

 

 

Si un élément donne beauté et sens à la vie, c’est sans aucun doute la tendresse. La tendresse est l’expression la plus sereine, la plus belle et la plus ferme de l’amour. C’est le respect, la reconnaissance et l’affection exprimée dans la caresse, dans le détail subtil, dans le don inattendu, dans le regard complice ou dans l’étreinte sincère et dévouée. Grâce à la tendresse, les relations affectives créent les racines du lien, du respect, de la considération et du véritable amour. Sans tendresse, il est difficile pour la relation de s’épanouir. Mais c’est aussi grâce à la tendresse que nos enfants reçoivent un soutien émotionnel fondamental pour leur développement en tant que personnes du futur.

 

Elisabeth Kübler-Ross, qui a accompagné des milliers de malades en phase terminale sur le chemin de la mort et qui a témoigné de leurs expériences dans une série de livres, dit que les souvenirs qui nous accompagnent le plus dans les derniers moments de notre vie n’ont rien à voir avec des moments de triomphe ou de succès, mais avec des expériences où ce qui arrive est une rencontre profonde avec un proche, un moment d’intimité rempli de sens : mots de gratitude, caresses, regards, adieu, réunion, merci, grâce, je t’aime. Ce sont ces moments qui semblent être gravés dans la mémoire grâce à la lumière de la tendresse qui révèle l’excellence de l’être humain par le soin et l’affection.

 

 

    Histoires de cœur

Oscar Wilde disait que dans l’art comme dans l’amour c’est la tendresse qui donne la force. Le Mahatma Gandhi a pointé dans la même direction lorsqu’il a dit qu’un lâche est incapable de montrer son amour. Et c’est ainsi : paradoxalement, la tendresse n’est pas douce, mais forte, ferme et audacieuse, parce qu’elle se manifeste sans barrières, sans peur. De plus, la tendresse ne peut pas seulement être lue comme un acte de courage, mais aussi comme une volonté de maintenir et de renforcer le lien d’une relation. La tendresse rend l’amour fort et allume l’étincelle de joie dans l’adversité. Grâce à elle, chaque relation devient plus profonde et plus durable car son expression n’est rien de plus qu’un symptôme du désir de bien-être de l’autre.

 

La tendresse implique donc la confiance et la confiance en soi. Sans lui, il n’y a pas de livraison. Et le plus paradoxal, c’est que son expression n’est pas ostentatoire, puisqu’elle se manifeste dans les petits détails : l’écoute attentive, le geste aimable, la démonstration d’intérêt pour l’autre, sans contrepartie.

 

La tendresse exprime aussi la qualité d’une relation. Le sexe avec tendresse est une expression d’amour ; sans tendresse, une relation basée sur la sexualité est vouée à la rupture. Car s’il peut y avoir une intensité sensorielle dans l’échange physique, il en résulte sans tendresse une relation enfermée dans la recherche de son propre plaisir et qui fait de l’autre un objet de satisfaction et rien de plus. L’essayiste français Joseph Joubert disait que la tendresse est le repos de la passion. En effet, la passion de l’amour est éphémère et laisse place au fil du temps à une relation plus reposante où la tendresse s’installe. Sans elle, la relation est vouée à l’échec car son absence engendre l’ennui, la routine, l’apathie, la distance et l’égoïsme.

 

Piero Ferrucci, dans son livre The Power of Kindness, raconte les résultats d’une étude dans laquelle 10 000 hommes ont été interrogés sur leur santé, leurs habitudes et leur situation. Selon cette étude, l’indicateur le plus fiable de l’angine de poitrine était la réponse à la question : votre femme vous prouve-t-elle qu’elle vous aime ? Un oui pour une réponse était statistiquement lié au fait de ne pas avoir souffert d’angine de poitrine, alors que ceux qui ont répondu n’avaient pas eu cette maladie cardiaque dans un pourcentage beaucoup plus élevé que la moyenne.

 

La tendresse trouve aussi sa place pour développer sa valeur extraordinaire dans les moments difficiles. Exprimer son affection, savoir écouter, prendre en charge les problèmes de l’autre, comprendre, caresser, cultiver le détail, accompagner, être physiquement et émotionnellement au bon moment, sont des actes d’abandon chargés de sens. Il n’y a rien de petit dans l’amour. Attendre les grandes occasions d’exprimer de la tendresse nous amène à rater les meilleures occasions que le quotidien nous offre pour faire savoir à l’être aimé combien leur existence, leur présence, leur compagnie est importante pour nous. Le poète latin Publio Virgilio Marón l’a dit il y a plus de 2 000 ans : l’amour vainc tout. Et c’est vrai, par tendresse.

 

Le cerveau du cœur. Des avancées scientifiques intéressantes et surprenantes sur le développement du potentiel humain sont réalisées jour après jour. Aujourd’hui, on sait que l’intelligence est répartie dans tout le corps et qu’il y a des façons de penser différentes de celles que nous avons supposées être conventionnelles et basées sur le cerveau. Le neurologue Robert K. Cooper, dans son livre The Other 90 Percent, souligne que le cœur a un cerveau ! Il est composé de plus de 40 000 cellules nerveuses reliées à un réseau complexe de neurotransmetteurs. Selon Cooper, le cerveau du cœur est aussi grand que de nombreuses zones du cerveau crânien et son champ électromagnétique est le plus puissant du corps. Il est, en fait, environ 5 000 fois plus grand que le champ généré par le cerveau, et il est mesurable même à trois mètres de distance. Apparemment, il agit de façon autonome, apprend, se souvient et a ses propres modèles de réponse à la vie. Ce qui est intéressant, en outre, c’est que vous avez des compétences qui ont été intuitives jusqu’à présent, mais qui n’ont pas encore été scientifiquement prouvées. Les intuitions, les intuitions fortes qui se révèlent comme de vraies réalités, sont générées dans le cœur. Plusieurs auteurs qui se sont penchés sur l’étude de ce troisième cerveau soutiennent que l’ingéniosité, l’initiative et l’intuition en naissent : ce cerveau est plus ouvert à la vie et cherche activement une compréhension nouvelle et intuitive de ce qui compte le plus pour la personne dans la vie.

 

On découvrira probablement dans le futur que résident en lui des capacités nouvelles et inconnues de l’être humain liées à ce que l’on définit déjà aujourd’hui comme « les clés de l’intelligence émotionnelle » : empathie, conscience émotionnelle de soi, transparence, optimisme, initiative, vocation de service, inspiration, joie, confiance et, bien sûr, tendresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *