Le directeur du CNI se présentera pour l’enregistrement à l’ami du Roi émérite

 

Le directeur du Centre national de renseignement (CNI), Félix Sanz Roldán, comparaîtra au Congrès, à huis clos, pour donner sa version des relations des services secrets avec Corinna zu Sayn-Wittgenstein, amie du roi émérite. Après la publication de quelques enregistrements dans lesquels la princesse affirme que Juan Carlos I l’a utilisée comme homme de paille, Podemos demande une commission d’enquête. Le gouvernement tente maintenant de mettre fin à la polémique avec la lecture de l’acte d’accusation.

 

En 48 heures, le gouvernement a changé d’attitude. Jusqu’à vendredi, il n’y avait rien à dire sur les enregistrements rendus publics par Okdiario et El Español dans lesquels Corinna zu Sayn-Wittgenstein, une amie de l’ancien chef de l’Etat, serait entendue parler avec le commissaire à la retraite José Manuel Villarejo, qui est en détention préventive depuis novembre dernier pour blanchiment de capitaux et autres crimes.

 

 

L’Intérieur commande un rapport sur le patrimoine du Commissaire Villarejo

 

Dans cette conversation, la femme d’affaires allemande évoque des irrégularités présumées dans les finances du père de l’actuel roi – elle assure qu’il l’a utilisée comme homme de paille pour dissimuler la richesse – et se plaint du comportement du directeur du CNI. Il comparaîtra prochainement devant le Comité des dépenses réservées – qui est le nom du forum à huis clos dans lequel les secrets d’Etat sont traités – selon l’annonce faite hier par le gouvernement.

 

En ce qui concerne l’objet de la comparution, des sources gouvernementales ont indiqué que l’intervention de Sanz Roldán portera sur « la performance des services secrets par rapport à Mme Corinna Larsen », le nom de jeune fille de la femme d’affaires allemande. Si vendredi, selon le gouvernement, il n’y avait rien à expliquer parce que ces enregistrements « sont anciens et heureusement n’affectent pas le chef de l’Etat, le roi Philippe VI », comme l’a déclaré la porte-parole, Isabel Celaá, depuis hier il est jugé nécessaire de donner des explications. « Nous ne considérons pas ces enregistrements », a dit Celaá vendredi. Mais cette indifférence de la part du gouvernement n’a pas aidé les Etats-Unis à relâcher la pression : le groupe demande la création d’une commission d’enquête sur les finances de l’ancien chef de l’Etat et oblige ainsi le PSOE à prendre position.

 

« Aucun parti démocratique n’a d’excuse pour ne pas soutenir cette initiative, car dans une situation aussi grave, il ne fait aucun doute que le PSOE dit que ce sont des choses du passé qui n’affectent pas Philippe VI, » défend le secrétaire de l’Organisation Podemos, Pablo Echenique. Le gouvernement veut maintenant mettre comme pare-feu l’apparition de Sanz Roldán devant la batterie d’initiatives, en plus de la commission d’enquête, que les partis de gauche ont enregistrée au Congrès.

 

Des sources gouvernementales assurent que le général divulguera l’information dont il dispose sur le rendement de l’ami du roi émérite. Dans les enregistrements cités et dans des déclarations ultérieures, elle affirme que Sanz Roldán l’aurait menacée. Mais l’opposition se concentre surtout sur les affirmations de Larsen concernant l’existence en Suisse de comptes de l’ancien chef d’Etat et l’utilisation qu’il en a faite comme homme de parement. En outre, il affirme qu’il a fait appel à l’avocat suisse Dante Canonica pour créer une prétendue structure de blanchiment.

 

Ce sera la deuxième fois que le général Sanz Roldán participera au Congrès pour parler de Corinna zu Sayn-Wittgenstein. En 2013, elle a fait la même chose lorsque des documents parus dans lesquels l’Allemand est apparu comme conseiller dans les délégations officielles de voyages du roi d’Espagne de l’époque, principalement dans les pays du golfe Arabo-Persique. A cette occasion, Sanz Roldán a nié toute action du CNI à l’encontre de l’ami de Juan Carlos Ier. Depuis lors, divers témoignages ont fait état de conversations et de rencontres entre Sanz Roldán et Larsen.

 

Enregistrements

 

Les dernières conversations, peu avant l’abdication du roi Juan Carlos, n’étaient plus cordiales, comme d’autres tenues autour des déjeuners, auxquels participait également le ministre des Affaires étrangères de l’époque, José Manuel García Margallo. Ces données figurent dans les livres Final de partida et El Rey ante el espejo, du journaliste Ana Romero. Les tensions entre Larsen et le général Sanz Roldán ont également été corroborées par ce journal.

 

L’enregistrement rendu public ces jours-ci a ravivé le rôle de cette femme d’affaires qui, jeudi dernier, dans une déclaration, s’est déclarée « victime d’une campagne de discrédit à motivation politique » et a prétendu avoir été au milieu d’une « fausse nouvelle sans fin. Dans cette note, Corinna zu Sayn-Wittgenstein n’a cependant pas confirmé ou réfuté que c’était elle qui parlait sur les bandes.

 

Les audios sont en cours d’analyse par la police en vue de leur transmission au juge de l’Audiencia Nacional Diego de Egea. Il n’y a aucune certitude quant à savoir si l’enregistrement était subreptice ou Corinna et le commissaire à la retraite Villarejo voulait enregistrer des accusations contre le père du roi actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *