Le nitrate d’ammonium

 

 

l’ingrédient préféré des terroristes

 

Le 4 mai, la société d’approvisionnement agricole Felleskjoepet Agri, a livré 6 tonnes d’engrais (nitrate d’ammonium) à Anders Behring Breivik, arrêté et principal suspect dans la double attaque qui a ravagé hier Oslo. C’est un petit montant et un achat normal pour un agriculteur « , a déclaré un porte-parole de l’entreprise à Reuters. Behring Breivil travaillait dans une ferme, était un acheteur régulier et ne soupçonnait pas la présence de nitrate d’ammonium, un des ingrédients les plus utilisés par les groupes terroristes.

 

Le nitrate d’ammonium combiné à un combustible, en particulier les dérivés pétroliers les plus volatils, produit l’explosif appelé ANFO (Ammonium Nitrate Fuel Oil). Étant un engrais, son acquisition est beaucoup plus facile que celle d’autres composants pour la fabrication d’explosifs, et c’est pourquoi il est l’une des formules les plus utilisées par les groupes terroristes. En fait, il est inclus comme recette dans’El libro de cocina del anarquista’ (Le livre de cuisine de l’anarchiste), un ouvrage phare des groupes anti-système qui explique la fabrication des engins explosifs. Si le nitrate d’ammonium est combiné avec le nitrate d’ammonium, le trinitrotoluène (TNT) et la poudre d’aluminium, l’ammonium est produit, un explosif plus puissant, mais plus difficile à obtenir. La fabrication de cet explosif par des particuliers ou des entreprises est interdite en Espagne, et son achat doit être effectué par des fabricants autorisés qui vendent le mélange déjà fait.

 

 

L’histoire de l’ANFO, qui semble être celle de Behring Breivik, commence dans la deuxième décennie du siècle dernier. C’est la catastrophe du cargo Grandcamp, le 16 avril 1947 au Texas, qui a mis sur les rails l’utilisation du nitrate d’ammonium comme explosif, comme l’écrivent Dan Goodrich et Eric A. Croddy dans l’encyclopédie Weapons of mass destruction. Le navire transportait 2 300 tonnes de ce nitrate des États-Unis vers la France dans le cadre du plan Marshall. Après un incendie déclaré à bord, le navire a explosé, provoquant un autre incendie dans l’usine d’engrais de Monsanto, près du port et d’une raffinerie de pétrole. La chaîne des explosions a coûté la vie à un demi-millier de personnes.

 

L’ANFO a commencé à être utilisé dans les années 1950 par le génie civil, car il est beaucoup moins cher que les autres explosifs. Le 24 août 1970, la première utilisation terroriste de l’ANFO a été enregistrée aux États-Unis : le New Year’s Band, un groupe anti-système, a placé une voiture piégée chargée de près de 1 000 kilos de nitrate d’ammonium au centre de recherche mathématique de l’armée, situé à l’Université du Wisconsin-Madison, tuant un étudiant et blessant gravement trois autres. Bientôt, d’autres groupes terroristes comme l’IRA ont commencé à fabriquer des voitures piégées à partir de cet explosif. Le 19 avril 1995, 2 300 kilos d’ANFO chargés dans une camionnette ont détruit un immeuble à bureaux du gouvernement en Oklahoma. L’attentat, commis par l’Américain Timothy McVeigh et qui a fait 168 morts, est le plus meurtrier à ce jour causé par ce type d’explosif.

 

L’ETA a également utilisé du nitrate d’ammonium pour la fabrication d’explosifs (sous forme d’ANFO ou d’ammonium). En avril dernier, la police espagnole a saisi 850 kilos de nitrate d’ammonium dans une ferme Legorreta (Guipúzcoa), ainsi que d’autres composants pour la fabrication d’explosifs.

 

Le terrorisme international a également très fréquemment utilisé l’ANFO pour fabriquer des bombes. Lors de l’attaque contre la Mutuelle israélo-argentine du 18 juillet 1994 à Buenos Aires, 300 kilogrammes de nitrate d’ammonium ont été utilisés ; lors des attaques au Kenya, à Bali ou à Casablanca, cet engrais était utilisé comme explosif ; En fait, plusieurs membres d’al-Qaïda arrêtés après les attentats du 11 septembre 2001 ont avoué avoir été impliqués dans l’utilisation de nitrate d’ammonium à des fins explosives, et les talibans sont habitués à utiliser ce type d’explosif dans 95 % des attaques avec des troupes déployées en Afghanistan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *